Suivez nous sur Facebook Suivez nous sur Twitter Suivez nous sur Google + Suivez nous sur Instagram
Partager le magazine vélo
  Commander
La France Cycliste
 Voir plus de magazine

Le sommaire La France Cycliste - Numéro 2266 - Mars 2010

Osez
Pourquoi le cacher, la médaille de bronze décrochée par Arnaud Jouffroy aux Championnats du Monde de cyclo-cross Espoirs nous a fait tout particulièrement plaisir.

Champion du Monde Juniors de la discipline voici deux ans, le Languedocien a pris un gros risque cet hiver. A 19 ans, il est parti s’installer en Belgique pour vivre sa passion à fond, au cœur même de la Flandre profonde, sur cette terre qui respire le cyclo-cross comme aucune autre. C’est un peu comme si un jeune athlète français spécialiste du sprint s’en allait avec armes et bagages en Jamaïque pour parfaire son apprentissage au pays d’Usain Bolt.

En rejoignant l’équipe BKCP-Powerplus, Arnaud, à moins qu’il faille désormais écrire “Arno”, a décidé d’habiter une maison d’Herentals et d’y partager son quotidien avec ses nouveaux coéquipiers, les Tchèques Lubomir Petrus et Radomir Simunek. Il s’est mis au néerlandais pour pouvoir communiquer avec eux… et avec son nouvel entourage. Loin du cocon familial, comme un étudiant “Erasmus” de “L’Auberge espagnole”, il a dû aussi apprendre l’autonomie. Au Championnat de France, il nous racontait comment il faisait la cuisine pour ses colocataires. Au début, sa diététique en a un peu souffert, mais c’était en quelque sorte un passage obligé pour continuer à grandir. Avec l’aide de ses parents venus en visite au moment des fêtes de fin d’année, il a rapidement rectifié le tir.
Cet éloignement volontaire ne va évidemment pas sans inconvénients. Sportivement, Jouffroy n’a participé qu’à une seule manche du Challenge La France Cycliste cet hiver. Ça nous désole car sa présence participerait au développement du cyclo-cross dans l’Hexagone. Mais en Flandre, il a pu multiplier les compétitions sans accumuler les déplacements. Toutes les courses se disputent en effet dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres. Les plateaux y sont toujours très relevés, pas seulement parce que les meilleurs cyclo-crossmen, comme Niels Albert ou Sven Nys, sont Belges, mais aussi parce que beaucoup d’étrangers ont eux aussi choisi de vivre chez les Flahutes, à l’image du Tchèque Zdenek Stybar, le tout nouveau Champion du Monde Elite. Là-bas, Arnaud s’est offert une croissance accélérée.

Aujourd’hui, on peut dire que le jeu en valait la chandelle. A bien y regarder, le petit Français au sourire charmeur n’a pas mis tant de temps à trouver ses marques. La médaille de bronze de Tabor est venue récompenser son audace et sa détermination. Tant mieux. A l’heure de l’Europe, d’Internet et du TGV, le pari de l’exil est peut-être moins difficile à relever qu’auparavant, mais il fallait quand même une sacrée force de caractère pour le tenter. Ça mérite un grand coup de chapeau. Et puis, pour ceux qui seraient prêts à franchir le pas, c’est bon de savoir que même dans un monde manquant cruellement de fantaisie, il est toujours possible d’oser.

Henri Montulet
Rédacteur en chef

Réagissez sur ce magazine

L'Acheteur Cycliste - N°144

Juillet 2017
N°144
Planète Cyclisme - N°73

Juillet 2017
N°73
Top Vélo   - N°3

Juillet 2017
N°3
Vélo Magazine   - N°553

Juillet 2017
N°553
Vélo Tout Terrain  - N°221

Juillet 2017
N°221